La cause des paysans indiens défendue à La Haye

Palagummi Sainath, journaliste spécialisé dans les affaires rurales à The Hindu, était de passage à Paris fin mars pour présenter aux étudiants de Science-Po son film « Nero’s guests ». Ce documentaire sur la détresse de la condition paysanne en Inde est également projeté à La Haye (Pays-Bas) dans le cadre du festival « Movies that matter », organisé par Amnesty International jusqu’au 30 mars.

Devant les étudiants de Sciences-Po Paris à qui il présente son film fin mars, le journaliste P. Sainath dénonce les agissements du gouvernement indien envers les paysans. (Kilian FICHOU)

Ces dix dernières années, plus de 200 000 paysans se sont suicidés en Inde. Etouffés par les dettes, accablés par l’augmentation du coût de la vie, ils s’enfoncent de plus en plus dans une misère dont ils n’ont aucune chance de se dégager. En 2009, les chiffres officiels du Bureau national des statistiques criminelles faisaient état de 17 368 suicides chez les agriculteurs, le pire chiffre de la décennie. « C’est l’ultime recours qu’ils ont trouvé pour exprimer leur désespoir », constate sombrement P. Sainath. Depuis plus de vingt ans, celui qui se définit comme un « journaliste rural » arpente les Etats indiens les plus exposés au phénomène – Maharashtra, Karnataka, Andhra Pradesh, Madhya Pradesh et Chhattisgarhà la rencontre des petits exploitants.

Pour lui, la situation est de plus en plus critique dans les campagnes indiennes : « Un paysan qui emprunte de l’argent pour acheter un tracteur doit payer 12 % d’intérêts, là où un homme d’affaire s’offrant une Mercedes ne paiera que 7%. Avec des revenus en chute libre depuis des années, comment voulez-vous que les agriculteurs s’en sortent ? »

Une « culture de l’argent » qui pousse les agriculteurs au suicide

La faute aux grandes compagnies et au Fonds monétaire international (FMI), que le journaliste accuse d’avoir détruit le modèle agraire indien : « L’agriculture commerciale, qui cultive le café, le thé, ou encore la vanille, a supplanté l’agriculture nourricière. C’est elle qui affame l’Inde et pousse les paysans à s’endetter pour cultiver des semences censées rapporter plus d’argent. » Une « culture de l’argent » qui s’est avérée fatale pour bon nombre d’agriculteurs, et c’est parmi ces exploitants que l’on trouve le plus haut taux de suicide ces dernières années.

C’est ce grand désarroi du monde rural indien que P. Sainath tente de montrer dans son documentaire, « Nero’s guests ». Présenté au festival « Movies that matter » de La Haye, le film s’inscrit dans une sélection de dix œuvres mettant en avant le travail de défenseurs des droits de l’homme. Et tente au passage d’attirer l’attention sur un phénomène encore trop ignoré par les médias. « Entre 1991 et 2001, près de huit millions d’Indiens ont abandonné l’agriculture, souligne P. Sainath, soit 2 000 paysans par jour. Aujourd’hui, vous ne trouverez plus un seul jeune Indien prêt à reprendre l’exploitation de son père. On ne peut pas les blâmer : ils ont littéralement vu leurs parents se tuer à la tâche. »

« L’économie de marché a détruit le système agricole indien »

« J’ai rencontré plus de 800 familles touchées par un suicide, raconte le journaliste avec émotion. Aucune d’entres elles ne demande qu’on les prenne en pitié. Elles veulent simplement que le gouvernement reconnaisse leur situation, qu’il intervienne pour empêcher cette vague de suicide de continuer. » Mais P. Sainath n’a guère d’espoir de voir la situation s’améliorer rapidement. L’exode des paysans s’accélère, et la part de terres exploitées par les grandes entreprises ne cesse de croître, au détriment des fermes familiales. « L’économie de marché a détruit le système agricole indien et les décideurs restent sourds à la détresse du monde paysan. Le seul moyen qu’ils ont de changer les choses serait de se révolter et de faire tomber le gouvernement. Mais je crois bien que l’on assiste, en Inde comme en Europe, à la fin des petits exploitants agricoles. »

Kilian FICHOU

Le reste de la programmation du festival « Movie That Matter » sur http://www.moviesthatmatterfestival.nl/english_index


About admin